Méta :

Blogoliste

Search

Liberté - Egalité - Fraternité ?

février 14th, 2011 by satiricaltopicality

Liberté - Egalité - Fraternité : Ah voila encore quelque chose à contredire ^^

liberte-egalite-fraternite.jpg

Non mais c’est vrai quoi, Avez-vous l’impression que cette devise est respectée ?
Il faut savoir que cette devise est celle de la France et aussi d’Haiti (dont la capitale est Ukulélé si on vous le demande dans un jeu de culture générale ^^). Certes, cette devise prend sa source dans la Révolution Française de 1789 mais n’est adoptée officiellement qu’à la fin du XIXe siècle par la Troisième République.
Sachez que la présence de traits d’union entre ces 3 mots insiste sur le fait que la Révolution Française s’est déroulée en 3 étapes. D’abord, la Liberté : concept qui était le plus populaire lors des premiers jours de la Révolution, ensuite on a la notion d’Egalité et enfin de Fraternité. Il y a bien une succession temporelle.
Il est bon de savoir historiquement que le premier à utiliser cette devise c’est Maximilien de Robespierre dans son Discours sur l’organisation des gardes nationales au milieu de l’année 1790. Camille Desmoulins l’a aussi évoqué dans ses oeuvres. Ensuite avec le Directoire et L’Empire notamment, cette devise sera un peu exclue de la politique de la France. Il faudra attendre 1880 pour qu’elle apparaisse sur tous les frontons de toutes les institutions publiques. La devise sera adoptée comme le symbole officiel de la République. Puis le Régime de vichy le remplace par “Travail, Famille, Patrie”. Au sein de la France libre, la devise est évitée pendant près d’un an comme “politique”, pour des motifs d’opportunité avant d’être revendiquée en 1941. Au milieu du XXe siècle, elle s’inscrit durablement dans l’histoire de la République Française, avec la Constitution de 1946. Ainsi voila l’origine de cette devise.
Mais pour revenir à la question du jour : N’êtes vous pas consterné par cette devise ? Non parce que, autant je la trouve belle et honorifique, autant je trouve qu’elle n’est plus du tout d’actualité puisqu’elle est en contradiction avec notre société d’aujourd’hui.

–> Tout d’abord, Il y a la Liberté !  Vous sentez vous libre ? (santé vous bien ? ^^) Ah oui vous aussi ! J’utilise la question rhétorique puisque bien sure la réponse est NON ! On ne peut pas être libre, ce n’est pas possible, avec la société que les politiques nous offrent aujourd’hui, et ce, qu’ils soient de n’importe quel parti politique (De toute façon le seul domaine ou ils sont bons ces politiques c’est celui concernant leurs intérêts personnels). Non “travailler plus pour gagner plus”, phrase célèbre de l’actuel président de la république Nicolas Sarkosy, est le reflet de notre liberté devenue amoindrie. Suivez moi : pour être heureux, il faut avoir du travail afin d’avoir de l’argent. Et avec cet argent on devient plus libre. Sauf que tout le monde n’a pas accès au marché du travail, beaucoup d’individus sont au chômage, … Comment font ces gens pour être libres dans ce cas ? De plus, si on suit le raisonnement de Kant ou d’Epictete : si on n’est pas libre, on ne peut pas être heureux. Donc la liberté n’est pas permise à tous. Enfin, la liberté c’est faire tous ce qui ne nuit pas à autrui : vous voyez ! il y a déja une négation et en même temps une obligation dans cette définition. Une obligation est synonyme de contrainte. Or : être libre c’est être épargné de toute contrainte. Mais bon il faut quand même dire qu’il est impossible, en réalité, d’être libre sinon on serait en pleine 3ème guerre mondiale !!!

–> Ensuite : l’Egalité. Si on peut mettre un peu de temps pour constater que la liberté n’est pas respectée en France, on met encore moins longtemps à comprendre que nous ne sommes pas tous égaux dans ce Monde. On n’à pas tous la même famille donc déjà cela veut dire que l’on a pas tous le même capital économique. Je m’explique, un enfant issu d’une classe sociale aisée aura plus de facilité à réussir dans la vie professionnelle qu’un enfant issu de la classe ouvrière. L’enfant d’ouvrier devra avoir des diplômes et faire des études pour avoir une chance d’avoir un bon travail et aussi qui lui plait si possible. Tandis que l’enfant-roi, celui qui n’à manqué de rien pourra se permettre de ne pas réussir ses études puisqu’il pourra toujours demander à papa, en claquant des doigts, de le “pistonner”. Et puis le capital culturel est aussi à prendre en considération comme un des facteurs explicatifs de cette différence d’égalité. En effet, L’enfant qui va être éduqué par une maman prof de français et un papa Avocat va acquérir un plus culturel au sein de son “Habitus” (je cite le sociologue Pierre Bourdieu et pas exactement mais un peu Raymond  Boudon) que n’aura pas l’enfant qui aura comme parents : une mère au foyer et un père ouvrier. Pour finir sur l’Egalité, vous avez tous entendu parler de ce célèbre article 1 de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 qui dit “Tous les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droit”. Je répond à cela : “D’accord mais que en droit alors et encore !!!”

-> Enfin, la Fraternité. “Ne faites pas à autrui ce que vous ne voudriez pas qu’on vous fit; faites constamment aux autres le bien que vous voudriez recevoir ” qu’on nous dit ! Voila tous le problème ! Il faut donner pour recevoir ! je n’appelle pas cela de la fraternité, de la solidarité, puisque tout est compté. Enfin, Philippe Geluck a dit : ”Quand on aime, on ne compte pas”, mais honnêtement : qui n’a jamais compté en donnant ? qui n’a jamais regretté d’avoir donné ?… et si votre réponse est : pas moi et bien je tiens à vous féliciter car vous faites parti de la minorité de la population française actuelle. Toutefois, en disant cela,  je ne juge pas ceux qui comptent quand ils donnent, c’est normal, c’est la société qui fait cela. La peur de l’échec constamment fait que l’on se doit de toujours faire attention à ce que l’on fait. De part ceci => Nous ne sommes pas libres. Pour terminer, je me désole de dire que la solidarité n’est que trop rare. Aujourd’hui c’est l’intérêt personnel et l’individualisme qui priment dans notre société. Il ne faut pas se voiler la face !

Ainsi, pour toutes ces raisons je crois que je peux me permettre de vous affirmer que nous ne sommes ni dans une société libre (encore que c’est la notion de liberté qui est la plus respectée parmi les autres), ni une société égalitaire et ni un société fraternelle. Je trouve que la liberté, l’égalité et la fraternité sont des notions formidables mais incohérentes avec la devise de la France d’aujourd’hui.

INDIGNEZ VOUS !




Posted in Débats |



Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 22 articles | blog Gratuit | Abus?